AccueilRechercherFAQS'enregistrerMembresGroupesConnexion

Partagez | 
 

 L'histoire d'un temps qui passe

Aller en bas 
AuteurMessage
Pecadille

avatar

Nombre de messages : 133
Age : 32
Cercle : 182
Divinité : Xélor
Guilde : Ed et les Weiss
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: L'histoire d'un temps qui passe   Dim 7 Oct - 20:22

L'histoire écrite ici est une histoire d'amour. L'amour du temps qui passe et que l'on tente de suivre de toutes ses forces pour savoir où il mène.
Cet amour, nous le vivons tous, chacun a notre manière. A chaque instant il peut nous faire basculer dans un monde ou le temps s'arrête toutes les secondes pour s'émerveiller de ce que le reste du monde n'a jamais remarqué.
Toi, voyageur qui lit ces lignes, si tu penses que le temps et l'amour n'ont rien à voir alors passe ton chemin, ce récit n'est pas pour toi.
Mais trêve de mises en bouches, voici le temps qui arrive...


Ce temps dont nous parlons est vieux de bientôt 200 ans, il naquit alors que le dieu Xélor s'ennuyait a l'étage du monde. En effet en ce temps là le monde était tel un duplex, avec les mortels au rez de chaussez et les dieux a l'étage...
[Quelqu'un dans la salle] : Menteur!!
Comment ca menteur? T'y etais peut être?? Non alors ferme la et laisse moi raconter!
[Quelqu'un dans la salle] : ...


Xélor donc, décida d'aller se promener un peu en bas parmi les mortels. Il enfila donc une de ses plus belles enveloppes charnelles (création unique de Jambonl Goitier s'il vous plait ! ) et s'engagea d'un pas léger dans les escaliers.
-""Saleté d'ascenseur! En panne comme d'habitude, et personne pour le réparer!!"" pesta télépatiquement* Xélor. Et il demanda au temps jusqu'à être en bas des escaliers ( Voilà ce qui arrive quand le maître des temps est un gros fenéant).

La dernière marche toutefois attira son attention. Non qu'elle fut essentiellement differente des autres (une marche est une marche après tout.) mais son abscense la rendait moins réelle, moins materielle en quelques sortes.
Alors que Xélor s'interogeait sur le pourquoi métaphysique de la chose, une silhouette s'approchait derrière lui.

- "Vous avez perdu quelque chose... monsieur?"

-""non..."" commenca Xélor, puis se remémorant le processus de la parole utilisé par les mortels, "non, j'ai simplement cru apercevoir une jolie fleur par ici. Je m'apperçoit par ailleurs que je n'était pas loin de son emplacement exact."**

-"Oh quel flateur." Elle rougit en souriant bêtement.


Et comme Xélor ne perdait jamais de temps, ils vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.
.....
.....

Enfant dont la plupart finirent dans des failles spaciotemporelles qui jonchaient le sol du salon.
Un de ces enfants reçu le nom de Pecadille.
Des qu'elle trouvait un moyen d'expression nouveau, Pécadille passait son temps a se plaindre. Xélor n'admettait pas que l'on gaspille une chose aussi précieuse que le temps à de pareilles sottises, il décida donc de confier Pécadille à son cousin Sacrieur jusqu'à ses 56 ans.

On comprend aisément alors pourquoi de retour chez ses parents, Pécadille tenta de s'ouvrir les veines. Xélor, qui décidement n'avait aucune patience, la pria d'aller voir ailleurs si il y était, et ce sur le champ.

Pécadille se retrouve donc abandonnée a son propre sort, au milieu des tofus et des bouftous, avec pour tout bagage un livre de 34523 pages intitulé "la maitrise du temps pour les nuls (et ceux qui se plaignent tout le temps et gaspillent le temps)".

Pendant 50 ans elle survit comme elle pût, gagnant en experience et en maturité. Elle entreprit même d'élever une dragodinde pour reposer ses pauvres jambes.

Aujourd'hui on peut encore la rencontrer de temps en temps, se plaignant du monde qui l'entoure et donnant des coups de pieds dans tous ce qui est plus petit qu'elle (Ce qui, les medisants ne manqueront pas de le rappeler, ne fait pas beaucoup de coups de pieds.)






* ce qui fit que tous les habitant d'amakna se demandèrent en même temps pourquoi l'ascenseur de l'immeuble n'etait jamais réparé oubliant completement qu'aucune de leur maison était pourvue d'une telle technologie. Il faut le dire, dans tous les domaines, les dieux étaient en avance sur leurs temps, particulièrement celui dont il est question ici.


**Oui Xélor est un beau parleur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pecadille

avatar

Nombre de messages : 133
Age : 32
Cercle : 182
Divinité : Xélor
Guilde : Ed et les Weiss
Date d'inscription : 05/10/2007

MessageSujet: Re: L'histoire d'un temps qui passe   Dim 7 Oct - 22:13

CHAPITRE I :



Pécadille à l'école du Sacri Coeur.






-Papa il fait trop chaud, tu veux pas faire finir l'été?

-Je t'ai déjà dis que le temps n'est pas un jouet! Tu n'as qu'à aller te chercher de l'eau fraiche ou planter des aiguilles dans des cactus comme font tes frères et soeurs.

-Mais j'ai déjà bu trois litres d'eau glacée, j'ai le ventre lourd, je vais pas dormir de la nuit par ce que je vais pas arrêter de me reveiller pour aller aux toilettes, et j'ai toujours aussi chaud! Et puis les cactus c'est pas drole, ça cri même pas quand ça a mal.


-Tu veux pas arrêter de raler un moment? Si tu continue je t'envoie chez mon frère et t'auras de bonne raisons de te plaindre!

-Tu parles! tu fais la morale mais quand c'est pour t'éviter des efforts ça te derange pas de jouer avec le temps!

-Bah t'as qu'a apprendre a le faire toi même!! Tien prend ça *jette un livre sur la tête de pécadille* et j'appelle mon cousin.


*se masse la tête en regardant son père quitter la pièce*

-"Je vais avoir une bosse a cause de lui je suis sûre. "La maitrise du temps pour les nuls (et ceux qui se plaignent sans arrêt)" ?? HA HA très drole le paternel -_-"

Si Pécadille ne savait pas tenir sa langue, elle savait reconnaître les problèmes quand ils arrivaient. Et la les problèmes s'annoncaient plutôt désagréables.
Quand elle vit son père revenir du salon, elle sût qu'elle aurait droit à ses vacances la villa plasma.


-Prépare tes affaires Koupla passe te prendre dans 10 minutes.

Cette fois là, la discution était inutile, Pécadille le savait. Oncle Koupla avait un style de vie très particulier et l'idée de se laver les mains dans une bassine de sang de bouftou n'était pas forcément engageante, surtout avant le repas.
Georges Koupla n'était pas un mauvais dieu loin de là, il traiterait son hôte comme si il s'agissait de sa propre fille. Pécadille savait celà et c'est surement ce qui la mettait le plus mal a l'aise...

Alors qu'elle bouclait tout juste sa valise, la petite xélor senti un courant d'air. Elle leva la tête et vit un trou se former dans le mur devant elle et des espèces de tantacules en jaillir dans sa direction. Elle eu juste le temps d'aggriper la poignée de sa valise qu'elle volait déjà en direction de la maison qui allait être la sienne pendant les prochaines decenies.


Elle atterit finalement dans un décor malheureusement familier...

-Coucou Pécaaaaa!! Ca faisait longtemps! Bienvenue a la maison! Ton père m'a dis que tu avais besoin de vacances. Ca me fait plaisir que tu vienne nous rendre un peu visite. Tu manque a tes cousines tu sais tu devrais les appeler de temps en temps. Tu n'imagines pas le plaisir que va leur procurer ta venue Smile

Oh que si elle l'imaginait très bien. Servir de baby siter aux 4 filles de l'oncle Koupla était un des meilleurs moyen pour finir momifiée avant l'âge.

-Ah ouéééé, moi aussi ca me fait heeeu plaisir de voir revoir.
"parle plus vite avec un peu de chance tu vas t'étouffer..."


-Ah j'ai failli oublier! Khyrra est la aussi. Bon je te laisse t'installer dans la chambre d'ami, je vais commencer a préparer le petit déjeuné pour tout a l'heure. Tu devrais dormir il se fait tard et tu as l'air fatiguée, bonne nuit.

Khyrra était sa chance. C'etait une sacrieuse adorable malgrès son caractère versatil. Il faudrait a Pecadille de la prudence, mais être proche de khyrra était un des meilleurs moyens de se proteger des filles.
Pour le moment elle prevoyait une bonne nuit de sommeil pour se préparer à ce qui l'attendait. Elle aurait tout le temps de penser a tout ça demain. C'est du moins ce qu'elle pensa... grossière erreur.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
L'histoire d'un temps qui passe
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'éphéméride de notre vie...
» Horloge ! Dieu sinistre, effrayant, impassible [...] ? Amy (L) & Lilieth
» c’est l’angoisse du temps qui passe qui nous fait tant parler du temps qu’il fait (gia)
» Yesung ? Nous sommes malheureusement tous soumis au temps qui passe, et parfois, on se surprend à vouloir arrêter l’horloge, ou tout du moins la ralentir
» « Ce n'est pas le temps qui passe, mais plutôt nous qui le traversons ! » [pv Ethan]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Les Lames Aphya :: La salle commune :: Au coin du feu-
Sauter vers: